Vivre le plus longtemps possible tout en vieillissant le mieux possible constitue un enjeu sociétal majeur.  
En effet, en 2020, la population française comptera 4 millions de personnes âgées de plus de 80 ans, soit une augmentation de 80 % par rapport à 2000.

Dans le cadre de sa mission d'accompagnement des retraités à chaque étape de leur vie, l'Assurance retraite développe une politique d'action sociale axée sur la prévention de la perte d'autonomie.

Car, toutes les études le prouvent, la prévention, tout au long de la retraite, joue un rôle déterminant pour bien vieillir.

Ainsi, la politique d'action sociale de l'Assurance retraite se traduit par une sensibilisation des retraités aux comportements de vie bénéfiques pour la santé, qu'il s'agisse d'alimentation, d'activité physique, d'aménagement du logement ou de lien social.

Attentive aux retraités qui présentent des risques de fragilisation, la politique de prévention de l'Assurance retraite repose sur une approche globale des besoins des salariés en fin de carrière puis des retraités, depuis la préparation de la retraite jusqu'aux âges les plus avancés. 
Reposant sur une approche « Sécurité sociale », elle s'appuie sur une expertise interbranche (retraite et maladie) et permet de couvrir l'ensemble des champs du bien vieillir, dans leur dimension santé mais aussi sociale. Cette politique de prévention s'articule sur une progression des modes d'intervention en fonction des besoins des retraités et s'appuie sur un partenariat avec les acteurs nationaux, régionaux et locaux qui contribuent au bien vieillir.

C'est dans cette perspective que l'Assurance retraite a décidé d'amplifier sa politique de prévention auprès des 13 millions de retraités du régime général. Trois niveaux d'intervention sont identifiés : informer et conseiller l'ensemble des retraités, développer les actions collectives de prévention et accompagner les retraités plus fragiles.