imageDe nombreuses études, au niveau national comme international, se sont intéressées au processus du vieillissement, à son contexte et à ses facteurs. Toutes s'accordent à dire que le « bien vieillir » implique un ensemble de comportements et d'actions qui relèvent des domaines médical, culturel, social et environnemental.

Afin de répondre aux besoins des retraités, la politique d'action sociale menée par l'Assurance retraite s'inscrit donc dans une approche globale qui prend en compte tous les éléments favorables au « bien vieillir ». Les actions menées sensibilisent les retraités sur la

préservation de leur capital santé et sur les règles de vie à adopter.

Elles ont aussi pour objectif de lutter contre les risques de fragilisation sociale et de perte d'autonomie à domicile. Pour ce faire, notre politique de prévention s'articule autour de trois niveaux d'intervention.

 

Informer et conseiller

 

En partenariat avec les autres régimes de sécurité sociale, l'Assurance retraite déploie une politique d'information et de conseil à destination de l'ensemble des retraités afin de les sensibiliser aux enjeux du vieillissement. Diffusée au niveau national, la communication mise en place couvre tous les aspects du « bien vieillir » et valorise les bonnes pratiques pour chaque tranche d'âge. Cette communication bénéficie de l'expertise d'acteurs engagés sur le terrain de la prévention, notamment l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), partenaire de l'Assurance retraite dans cette démarche.

 

Sensibiliser par des actions collectives de prévention

Dans l'objectif de sensibiliser les retraités aux comportements de vie bénéfiques au « bien vieillir », l'Assurance retraite met en place des actions collectives de prévention en partenariat avec des acteurs locaux et nationaux. Destinées aux retraités fragilisés mais toujours autonomes, ces actions se déroulent notamment sous la forme d'ateliers sur la nutrition, l'exercice physique, le sommeil, la mémoire, la prévention des chutes, le maintien du lien social, etc. Dans certaines régions, les actions de prévention collectives sont menées en association avec la Mutualité sociale agricole (MSA) et le Régime social des indépendants (RSI), permettant ainsi de mutualiser les initiatives. Le principe de la prévention étant d'agir en amont, l'Assurance retraite et l'Assurance maladie ont décidé de doter chaque caisse régionale d'un observatoire des fragilités dans le cadre du plan de préservation de l'autonomie des personnes âgées. Cet observatoire vise à identifier les publics fragilisés et à cibler les interventions prioritaires.

 

Accompagner les retraités fragilisés

Mis en œuvre depuis 2007, le plan d'actions personnalisé (PAP) est un dispositif d'aides financières et matérielles qui permettent aux personnes âgées fragilisées de continuer à vivre chez elles dans les meilleures conditions possibles. Une visite d'évaluation détermine les besoins liés à leur maintien à domicile : aide ménagère, portage des repas, accompagnement dans les déplacements, etc. Le PAP est également complété par le dispositif « logement et cadre de vie » qui contribue à l'adaptation du logement pour favoriser un vieillissement à domicile dans les meilleures conditions. Dans cette logique,

L'Assurance retraite entend diversifier les propositions de prestations notamment dans le domaine de la vie sociale et des actions collectives de prévention.

Parallèlement au plan d'actions personnalisé, l'Assurance retraite développe actuellement des offres complémentaires d'accompagnement pour pallier les situations temporaires de fragilité, à l'instar de l'aide au retour à domicile après hospitalisation déjà mise en œuvre.

Toujours dans l'objectif de lutter contre les risques de perte d'autonomie, l'Assurance retraite se mobilise pour renforcer le ciblage des publics prioritaires. L'observatoire des fragilités, mis en place avec l'Assurance maladie dans le cadre du plan de préservation de l'autonomie des personnes âgées, y contribue.